Trois danses foirées

de Pierre Jourde

Trois danses foirées

22 gravures de Pierre Jourde

Mettre en scène la prégnance de choses anciennes, les morts, les souvenirs, tout ce qui est de l’ordre du fané, du désuet, du décomposé. La force de ce qui n’est pas, mais qui par-delà le ridicule s’impose à nous. Cela prend à chaque fois la forme d’une danse (rock, rumba, valse), parce que la poésie est musique. Alors pourquoi ne serait-elle pas dansante ? On valserait sur elle, avec le fantôme des choses mortes. La sonorité est cacophonique, chocs de sonorités, constructions bancales, argot, comme si l’orchestre populaire de ce bastringue jouait des couacs. Ça sonne comme Rain Dogs de Tom Waits. Il y a aussi, un peu comme sur les partitions d’Erik Satie, des indications d’exécution, de petites formules en marge qui ont pour fonction de donner une inflexion, d’appuyer la loufoquerie triste du propos.

Paru le 23 septembre 2021

Éditeur : Voix d’encre

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Avis

Voyageurs du soir qui suivez la rumeur
Des vagues et l’étoile bleue des baies,
Gardez-vous de trop songer à vos songes
Et d’héberger pour longtemps les chagrins
Qui saccagèrent votre vie passée.
Il est au bout de la nuit une terre tout ensemble
Proche et lointaine que le jour naissant
Exalte d’hirondelles et de senteurs de goyave.
Un pays à portée de cœur et de sourire
Où le désir de vivre et le bonheur d’aimer
Brûlent du même vert ardent que les filaos.
Craignez de le traverser à votre insu :
Les saisons sur vos talons brouillent le paysage ;
Mais chaque pas est la chance d’un rêve.

Fatho Amoy, « Avis », Chaque aurore est une chance, Éditions CEDA, 1980.